Publié le 15/11/2018 à 03:51


Événementielle sera la journée du dimanche 18 novembre au terrain des sports. Tout d'abord, l'après-midi, ce sera une rencontre de championnat Occitanie avec les deux équipes voisines de Trie et Castelnau-Magnoac qui, cette saison, jouent en promotion honneur.


Ensuite, à 11 heures, au club-house, à l'initiative des anciens joueurs du FC Trie, se tiendra une réunion en vue de la constitution d'un club de supporters. Dans le passé, il y en a eu un. Un club de supporters, c'est un rassemblement fait d'amitié autour du sport pour ce qu'il représente, de passion, de soutien, dans le cas présent des deux équipes locales de rugby, lors des rencontres aussi bien à l'extérieur qu'au terrain des sports ; pour retrouver d'anciens coéquipiers qui ont fait honneur aux couleurs «jaune et noir», toutes conditions sociales confondues.


C'est bien connu, les joueurs ont besoin de soutien moral, d'être encouragés avant les rencontres et, dans l'adversité parfois des matchs perdus, leur mettre du baume au cœur. Les supporters, lorsqu'ils sont crédibles, compétents, dévoués comme le seront – si le club voit le jour – montreront leur attachement aux valeurs des joueurs. Un club de supporters, ce sera aussi une aventure riche en émotions et d'attachement aux dirigeants et, bien entendu, aux joueurs.


Ensuite, à midi, repas des supporters ouvert à tous, à plus forte raison aux Magnoacais. Enfin, à 14 heures, pour la réserve, et à 16 heures, pour l'équipe fanion, matchs.

Jean Pérès


  Publié le 12/11/2018 à 08:20


Les Triais défaits à Marciac




Ghirardi à l'affrontement./ Photo M. D.


Les vingt minutes d'attente nécessaires à l'évacuation du talonneur de Marciac (17e) ont mis un sérieux coup de frein à la bonne entame des Gersois qui, en deux mouvements, prennent le match et se voient même deux essais justement refusés. Heureusement, Usquélis obtient plusieurs fois réparation (12e, 19e, 25e) et permet aux siens de garder le score.


Peu à peu, les Triais se libèrent et après un groupé pénétrant réussi, Castex lance ses arrières pour l'essai de Victorin (33e). Menés à la pause après une pénalité de Duffau (39e), les Marciacais réagissent crânement en s'appuyant sur Mackenzie ou Jebez lancés en percussion et à l'origine de points de fixation désorganisant la défense. De là vient une percée d'Ouadji relayé par Cesca, repris de justesse par la défense triaise, mais qui concède une pénalité réussie par Usquélis (59e).


En tête d'un petit point mais loin de l'issue, les Gersois se doivent de contrôler au maximum sans commettre de faute dans leur camp. En bon capitaine, Gerling veille au grain et par ses pénétrations permet aux siens de rester dans le camp triais jusqu'à l'essai salvateur de Toujouze (74e).


Le dernier rush triais maintient le suspense mais ne change rien au score.


MARCIAC 17 -11 FC TRIE

MT : 9-11. Arbitre : M. Bourgade (LOR). Représentant fédéral : M. Rossoni (LOR).

Pour Marciac : 1 E Toujouse (74) ; 4P Usquélis (12,19,25,59).

Pour Trie : 1 E Victorin (33) ; 2P Duffau (16,39).

Carton jaune : Zampar (39) pour Trie.


ASM : Usquélis, Lacour, Bousquet, Cesca, Falélavaki, (o) Duclos, (m) Ouajdi, K.Gerling (cap.), Cavallo, Toujouse, Fadelli, Guilhas, Mackenzie, Lafontaine, S. Gerling.

Sont rentrés : Técouères, Joyner, Jebez, Soulan, Dantin, Yousfi, Coutant.


FC Trie : L. Baup, Duffo, Pique, Victorin, Pérès, (o) Lizon, (m) Castex, Jacomet, Tapie, Fourquet, Ghirardi, Ferran, Thèze, Bernichan (cap.), Cocchiola.

Sont rentrés : Zampar, Pérès, Samaran, Lagleyze, Mojica, Castay, Fernandès.

M.D.


   Publié le 31/10/2018 à 08:40


L‘UCF coiffée sur le poteau




Décidément les «rouge et bleu» ont la poisse, ils chutent dans les arrêts de jeu sur une pénalité.


En début de match, l'UCF restait mystifié par l'arrière local qui plongeait en coin. Le buteur des rouge et bleu, Arnaud Portet, remettait les pendules à l'heure avec deux pénalités (5 à 6). Le pack local reprenait l'avantage sur un groupé, 12 à 6. Les poulains de Thierry Raufast et Christophe Séguela se lançaient alors à cœur vaillant dans le combat. Arnaud Portet recollait au score sur pénalité (12 à 9). Sur une attaque rondement menée, le centre Vincent Couzinié marquait sous les poteaux. Arnaud Portet transformait en portant le score à 16 à 12 à la pause pour les Hauts-Garonnais.


Dès la reprise, une nouvelle incursion des Triais qui profitaient d'un moment d'inattention pour inscrire un troisième essai (17 à 16). Les partenaires du capitaine Kevin Boyer, faisaient feu de tout bois malgré un froid polaire, acculant les locaux sur leur ligne. L'UCF reprenait l'avantage sur pénalité et sur un essai lumineux de l'arrière Salis qui enfonçait le clou 24 à 17.


On s'acheminait vers une belle victoire à l'extérieur quand les joueurs de Trie-sur-Baïse puisaient dans leur réserve en inscrivant trois pénalités. Ils coiffaient ainsi sur le poteau une formation très joueuse qui n'a rien à se reprocher car c'est elle qui a fait le spectacle.


En lever de rideau, les réservistes ont été récompensés pour leur pugnacité, ils s'imposaient sur le score de 9 à 6. Les coachs peuvent être fiers de leurs joueurs.


Au repos avant la réception de Seilh-Fenouillet Le week-end prochain, relâche. Les hostilités reprendront le dimanche 11 novembre.


FC Trie 26 - 24 UCF

Mi-temps : 12 à 16 pour l'UCF.

Trie-sur-Baïse. 3 essais (15e, 20e, 43e), 1 transformation, 3 pénalités.

UCF. 2 essais, Vincent Couzinié (43e), Baptiste Salis (75e), 4 pénalités, 1 transformation Arnaud Portet.

La Dépêche du Midi



    Publié le 22/10/2018 à 09:18


Trie plus réaliste que le Mardaing



Nicolas Poublan va faire jouer sa troisième ligne mais les Triais sont à l'affût./ Photo MNL.


Le Mardaing choisit de ne pas tenter les pénalités. Après une belle prise de balle en touche, le maul s'organise, Etienne Coumates s'en extrait et passe à Poublan qui n'a plus qu'à aplatir.


Trie, qui semble supérieur physiquement, procède en ballon porté et bénéficie d'une pénalité que transforme Duffo.

Puis, un long dégagement transversal manqué des locaux profite à Lewieniec qui remonte tout le terrain et Fourquet, en bout de mouvement, marque l'essai.


Le Mardaing manque ses plaquages et prend la pression. Bégué laisse ses partenaires à 14, la pénalité qui suit est manquée et juste avant la pause, Pérès tombe le ballon avant d'aplatir.

à l'heure de jeu, les joueurs du Mardaing profitent de leur supériorité numérique. Les trois-quarts combinent sans perforer la défense et les avants rentrent dans l'en-but mais l'essai qui leur aurait permis de revenir à égalité n'est pas accordé.


Malgré des ballons perdus en touche, les «jaune et noir» se montrent plus tranchants dans leurs attaques et sur les percussions, l'adversaire est obligé de se mettre à la faute. En réparation, Duffo corse l'addition, sans toutefois empêcher le Mardaing de perdre le bonus défensif.


Mardaing 10 - 17 Trie

MT : 7-8. Arbitre : Hervé Daraux. Représentant fédéral : Michel Baqué, accompagné de Bertrand Fourcade (les 3 LOR).

Pour Mardaing : 1 E Poublan (17) ; 1 P (54) ; 1 T Fernandes.

Pour Trie : 1 E Fourquet (32) ; 4 P Duffo (20, 43, 49, 57).


Mardaing : Lia-Aragnouet ; Hadet, A. Lacoste, Gaicon, Lamouroux ; (o) Fernandes, (m) Poublan ; A. Coumates, Reyes (cap.), Pierozzi ; Bégué, Yaux ; Dispans, D. Coumates, E. Coumates.

Sont entrés en jeu : Y. Coumates, Flaugnatti, Othats, Benaben, Espy, Ahado, Bourguetou.


Trie : Baup ; Lewieniec, Pique, Culem, Perez ; (o) Lizon, (m) Castex ; Bernichan (cap.), Jacomet, Fourquet ; Ghirardi, Pérès ; Thèze, Mailles, Cochiola.

Sont entrés en jeu : Dumestre, Barbarresco, Ferrand, Sabathé, Tapie, Duzer, Duffo.


Réserve : Mardaing 22 - 12 FC Trie

J. F.


   Publié le 09/10/2018 à 03:51, Mis à jour le 09/10/2018 à 08:15


FC Trie : bureau reconduit et commissions en place




Les coprésidents Adeline Barbaresco et Didier Lagleize, entourés de leur bureau et des responsables commissions (manque sur la photo Michel Dubosc)./ Photo J. P.


Le FC Trie rugby est fin prêt pour la saison 2018-2019. Les joueurs ont fait leur rentrée le dimanche 16 septembre dernier. Ils recevaient, au terrain des sports, le voisin gersois Masseube, l'emportant : 17-10 L'avant-veille, le conseil d'administration s'est réuni au club-house pour l'élection d'un bureau qui, sans surprise aucune, a vu les deux coprésidents Adeline Barbaresco et Didier Lagleyse reconduits dans leurs fonctions. Vice-présidents : Michel Dubosc, président par ailleurs de l'Entente des Coteaux (Trie et Pouyastruc) ; Frank Oussant, président de l'école de rugby (Trie). Secrétaire : Christiane Darré. Trésorier : Éric Victorin. Trésorieradjoint : Serge Bruzaud. Membres du bureau et responsables descommissions : Intendance, André Burgès ; travaux, Pierre Tapie ; sponsoring, Alain Fourquet et Michel Dubosc ; festivités, André Dupouy ; animations, Pierre Tapie ; buvettes, Serge Bruzaud, Michel Dubosc (dit «Gneugneu»), Christophe Strasch ; comptable, Chantal Solon. Membresactifs : Marcel Jugues, Patrick Barbaresco ; André Fourcaut, Gilbert Ader, Jean-François Labrune, Gilles Labat, Michel Bonnassies, Jean-Claude Darré, Raymond Noilhan, Dominique Dayres, Alain Lourties, Danielle Ader-Ducaud. Deux confirmations sont à venir. L'équipe des entrées au terrain des sports est composée de Julie, Sophie, Mélanie, Laure, Marina. Une équipe de bénévoles et amis du FCTrie donne de son temps et un coup de main lors d'importantes manifestations, tout au long de la saison. Les deux coprésidents les ont remerciés. Appel est lancé pour les cartes de membres : elles sont disponibles à l'entrée du terrain des sports, auprès des dirigeants, au club-house.

Jean Pérès



   Publié le 01/10/2018 à 08:26


Des Triais trop fébriles


                      

Culem, nouvelle recrue du FCT, a été trop peu sollicité.


Du blanc, du jaune, du rouge, affiche très colorée pour cette confrontation entre les premiers de promotion qui ne fut pourtant pas d'un engagement suprême. Tout commence par la mise en route des groupés pénétrants assez loin des lignes et de l'inévitable pénalité qui suit.


Malgré de gros soucis sur les renvois, Duffo maintient les Triais à hauteur (3e, 8e, 36e), lesquels se font rejoindre au coup par coup par la botte de Barthe (6e, 20e, 40e). Les «cocottes» ayant atteint leurs limites, côté visiteurs on s'essaie au «sumo-rugby» en misant sur la densité du pack et si les locaux résistent bien, ils ne se procurent guère d'occasions.

De la frustration générale naît l'agacement, puis l'énervement, pour aboutir à plusieurs escarmouches de courtoisie, heureusement sans gravité.


En s'appuyant sur un léger vent, Laigneau, de l'USM, maintient le jeu au loin par des up and under sous lesquels les Triais se montrent fébriles.

De là, quelques pénalités que Barthe transforme tranquillement (46e, 68e). En fin de rencontre, les locaux ont, par deux pénaltouches, l'occasion de revenir au score mais, à l'image du reste, rien n'y fit.


FC Trie 9 - 15 US Montréjeau

MT: 9-9 Arbitre: M. Béguen (LOR) Représentant fédéral: Mme Gabarrot (LOR).

Pour Trie : 3 P Duffo (3, 8, 36).

Pour Montréjeau : 5 P Barthe (6, 20, 40,46, 68).


FC Trie : Castay ; Culem, Lizon, Victorin, Lewiéniec ; Duffo (o), Duzer (m) ; D. Sabathé, Tapie, V. Sabathé ; Ghirardi, Pérès ; Cochiola, Bernichan (cap.), Dumestre.

Sont entrés en jeu : Barbaresco, Jouan, Ader, Zampar, Jacomet, Castex, Baup.

Carton jaune : Pérès (31).

Carton rouge : V. Sabathé (74).


US Montréjeau : Nicolas ; T. Jeanjean, Barthe, Déo, Cambours ; Laigneau (o), Daval (cap., m), Pélibe, Marty, Conques ; Bernès, Brunel ; Recurt, Cier, Fortassin.

Sont entrés en jeu : Gaillardo, C. Jeanjean, Vallé, Bergès, Dignac, Serfs, Priéto.

Cartons jaunes : Brunel (31), Vallé (78).

Carton rouge : Dignac (74).


Équipes II : FC Trie 0 - 27 US Montréjeau

M. D.


   Publié le 24/09/2018 à 08:24


Trie confirme à Plaisance



Le pack de l'USP en action./ Photo M. D.


Même si, d'emblée, les gars de l'USP mettent les ingrédients indispensables à la bonne conduite d'un match à la maison, ils ne peuvent rien sur le premier groupé pénétrant des visiteurs (10e) ni sur la percée de Victorin qui envoie Castay au deuxième essai (13e). Sous une pression croissante, les Gersois concèdent bon nombre de pénalités que Duffo ne manque pas de réaliser (19e, 30e, 38e), alors que Bortolussi ne peut répondre qu'une seule fois (21e) dans cette première période.


Après les «citrons» et au moment où personne n'y croyait, le centre de l'USP Barbé perce la défense et envoie son ailier T. Vandekerkof à l'essai (44e), départ de la laborieuse et courageuse remontée de son équipe.

De mêlée en pénalité, Botolussi (56e, 60e, 65e) ramène les siens à égalité et sème le doute dans les rangs triais qui ont sérieusement levé le pied.


Dans un second souffle qui a tardé, ils reprennent la main par une transversale parfaite de Lizon dans les bras de Duffo, seul au monde côté opposé (76e). Sa chistera qui ouvrira les portes du deuxième essai de Castay (80e) n'est pas passée inaperçue. Avec l'essai de Pellefigue (82e) servi après la percée de Vaccaro, l'USP reste dans le bonus défensif au terme d'une rencontre engagée et correcte.


US PLAISANCE 26 - 31 FC TRIE

MT: 3-19 Abitre: M Doumenc (LOR) Représentant fédéral: M Baron (LOR).

Pour Trie : 4 E collectif (10), Castay (13,80), Duffo (76) ; 3 P (19,30,38) et 1 T Duffo.

Pour Plaisance : 2 E T Vandekerkof (44), Pellefigue (82) ; 4 P (21,56,60,65) et 2 T Bortolussi.


USP : Vaccaro ; Boy, Barbé, Taran, T. Vandekerkof ; (o) Betpouey, (m) Bortolussi ; Caumont, C. Dartigaux, G. Vandekerkof ; Saint-Martin (cap.), P. Dartigaux ; Gibert, Cotonat, Ponsola.

Sont entrés en jeu : Planté, Ricaud, Pellefigue, Verdier, Bozzi, Cordier, Payssé.


FCT : Duffo ; Culem, Lizon, Victorin, Castay ; (o) Pique, (m) Castex ; Samaran, Tapie, V. Sabathé ; Ghirardi, Fourquet ; Cocciola, Bernichan (cap.), Dumestre.

Sont entrés en jeu : Mengelle, Barbaresco, Jouan, Zampar, D. Sabathé, Dubosc, Baup.

Carton jaune : Barbaresco (65).


Equipes II : US Plaisance 6 - 22 FC Trie

M. D..


   Publié le 17/09/2018 à 08:28


Assez bonne rentrée pour Trie


                       

Duuffau indique aux siens la voie à suivre.


Énergique entrée en matière des Triais qui, dès le premier groupé-pénétrant issu d'une touche mettent les Massylvains sur le reculoir et envoient dans le petit côté, l'ailier Lewieniec à l'essai(4).


En ce début de rencontre, les Gersois peinent à contenir les charges et doivent concéder dégagements approximatifs et pénalités réalisées par Duffau(10,21).


À la faveur d'un cafouillage du troisième rideau local, l'essai opportuniste de Barthié(13) les remet sur leurs bases et les Triais, échouant de peu à deux reprises, ne voient leur salut que par le manque de réussite du buteur adverse.


En seconde période la possession est gersoise et c'est au tour des Triais de faire le «dos rond» dans une relative confusion où chacun cherche à sauver la patrie. Les charges de Faulong ou Cazes secouent les défenses tandis que Cano ajuste des diagonales difficiles à couvrir. Heureusement pour les gars de Bernichan , la défense ne cède rien au profit de Duffau qui ne rate pas une occasion(47,73).


Tous «capots ouverts» Masseube ne lâche rien jusqu'à la fin et parvient à ramener le point défensif grâce à l'essai de Rubert(80).

Pas de quoi exulter mais pour une rentrée, satisfaction partagée.


TRIE 17- Masseube 10

MT : 11-5. Arbitre : M. Gimat ; représentant fédéral : M. Clouzet (LOR).

Pour Trie : 1 E Lewienec (4) ; 4P Duffau (10,21,47,73).

Pour Masseube : 2E S. Barthié (13), Rubert (80).

CJ : Pique (80) à Trie.


FCT : Duffo, Lewienec, Lizon, Victorin, Dubosc, Pique (o), Duzer (m), Bernichan (cap), Jacomet, Sabathé, Ghirardi, Pérès, Barbaresco, Zampar, Dumestre.

Sont entrés : Mengelle, Samaran, Fourquet, Tapie, Castay, Pérès, L. Baup.


AM : Laudet, ABarthié, Milési, SBarthe, Mailho, Davasse (o), Cano (m), Faulong (cap), Forneris, Bouas, Desvignes, Picamilh, Lacassin, Moncassin, Basso.

Sont entrés : Géry, Lacombe, Rubert, Cazes, Bourrec, Villemur, Salles.


Équipes II : FCT 22-AM8

M. D.


     Publié le 28/07/2018 à 03:51, Mis à jour le 28/07/2018 à 09:48


Assemblée du FCT




Adeline Barbaresco, coprésidente du FCT, remercie M. Grasset pour sa présence et sa collaboration, les artisans, entreprises et commerçants qui soutiennent financièrement le club et participent en décorant leur vitrine pour les phases finales, ainsi que tous ceux qui œuvrent à la vie du club.


La coprésidente souligne que la saison a été exemplaire et remercie joueurs et entraîneurs pour leur implication suivie de bons résultats. Une année sportive qui a procuré un bonheur immense. La palme revient aux supporteurs en «jaune et noir» qui sont uniques et que beaucoup nous envient.


Adeline Barbaresco lance un appel aux personnes qui souhaiteraient rejoindre l'équipe des dirigeants. Une page Facebook est mise à jour régulièrement.


Au mois de novembre 2017, le FCT a été élu club du mois pour son parcours et ses victoires. à cette occasion, un jeu de maillots a été offert par le Comité, le Crédit Agricole et la Dépêche.


Très belle saison du groupe 1 et 2 avec un titre Armagnac-Bigorre, le dernier du comité, malgré des phases finales perdues en quarts de finale du championnat de France. La réserve, bien classée toute la saison, bons résultats des deux équipes. Les félicitations vont aux entraîneurs et joueurs.


Les entraîneurs Jérôme et Sébastien Salvi quittent le club mais Loïc Encausse renouvelle sa collaboration pour la saison prochaine. Entraîneurs attendus pour 2018-2019 : Jean-Luc Sautedé, Éric Pujo et d'anciens joueurs.


Adeline Barbaresco informe que le comité Armagnac-Bigorre disparaît et que les clubs seront gérés par la Ligue Occitanie, sous la présidence d'Alain Doucet.


Le FCT participe aux festivités de Trie avec le repas du marché de nuit, le Tour de France, puis les fêtes de Trie et La Pourcailhade. Le FCT sert de 6.000 à 7.000 repas par an et tous les achats sont effectués sur la commune de Trie et dans le canton.


N.C.


   Publié le 11/06/2018 à 09:18


Trie crucifié au bout du bout




Et si on inventait un nouveau sigle dédié au rugby : POT : Plan d'occupation terrain. Il existe déjà en pratique en ce qui concerne les sorties de camp par du jeu au pied. Une arme bien utilisée, hier, sur l'excellente pelouse d'un stade Armand-Lousteau cerné d'un public très nombreux.


Une phase de jeu répétitive qui a trop souvent trouvé à la retombée l'arrière défense, trop heureuse de reprendre la possession du ballon. Du jeu, il y eut. Peut-être pas assez côté triais pour déstabiliser ce bloc marciacais passé maître dans l'avancée et le cache ballon lorsque son pack s'invite au jeu. Juste avant la pause, ce furent les Triais qui mettaient le feu sans aller à dame.

À la 80e minute, la longue percée de Larrieu, qui donnait à Rey, échouait aussi. Peut-être le tournant du match pour l'une ou l'autre des équipes ?

Petit à petit, Marciac s'installait dans le match, pas de manière prégnante puisque le tableau d'affichage ne grimpait que petitement par la demi-réussite de son buteur Bézecourt à qui le Triais Duffo répondait partiellement.

À trop se connaître, on ne joue pas aussi libéré. Le poids des trois victoires pour les Bigourdans lors des autres confrontations, celui des défaites pour les Gascons, a eu un effet certain sur l'amplitude du jeu. Celui des lignes arrières mar ciacaises se montrant déficitaires dans les transmissions. Chaque équipe eut ses temps forts sans concrétiser, que ce soit ou pas en supériorité numérique. Et si on allait aux prolongations ?

Le public trouvait là deux fois dix minutes d'espoir supplémentaires. Max Pérès, fautif au sol (93e) permettait au jeune buteur gersois Gabriel Bézecourt (19 ans) de donner l'avantage à ses couleurs.

Sur le final, Trie eut la possibilité d'inverser le cours du match, mais par deux fois, l'esprit de corps des Marciacais fit merveille en défense.

Alors, fallait-il, sur la dernière pénalité, laisser le buteur triais maître du destin de son équipe ? L'histoire ne dira jamais.

Trie s'arrête là mais cette jeune équipe peut retenir un beau parcours comptable au terme de cette saison.


AS Marciacaise 12 - 9 FC Trie (Ap. prolongations)

MT : 9-6. 9-9 à la fin du temps réglementaire. Arbitre : Guillaume Albertini (CA), assisté de Jérôme Soubiguou et Mickael Manuel (CA).

Pour AS Marciacaise : 4 P Bézecourt (3, 8, 32, 93).

Pour Trie : 3 P Duffo (6, 40, 63).

Marciac : Girard ; Guilhas, Taran, El Mankouch, Tilhac ; (o) Bézecourt, (m) Ouadji ; Duffau (cap.), Gerling, Lescure ; Rey, Dernoncourt ; Reinhard, Gibert, Amaral.

Entrés en jeu : Daries, Técouères, Costes, Freschi, Duprat, Kaspar, Beliel.

Cartons jaunes : Reinhard (47), Duffau (73).

Carton blanc : Larrieu (43).

FC Trie : Duffo ; Fernandes, Burguès, Cesca, L. Baup ; (o) M. Baup, (m) Duzer ; D. Sabathé, S. Sayaran, Lagleyzes ; Girardhi, V. Sabathé ; Bruzaud, Bernichan (cap.), Dumestre.

Entrès en jeu : D. Sayran, Larrieu, M. Pérès, Tapie, Labrune, Lizon, C. Pérès.

Carton jaune : V. Sabathé (16).

Carton blanc : Burguès (67).


Ils ont dit

Sébastien Salvi (co-entraîneur du FCT) : «Je suis très fier de mes joueurs. Le facteur chance ne nous a pas été favorable. Nous laissons trop de points au pied. C'était en présence deux belles équipes, de valeur égale. Trie est beaucoup plus jeune, Marciac plus expérimenté. Elles font honneur au comité Armagnac-Bigorre. Peut-être nous sommes-nous trompés à un moment en allant en touche. La quatrième confrontation a été la bonne pour nos adversaires».

Duzer (demi de mêlée du FCT) : «A tout moment, le match pouvait basculer. La consigne était de jouer et de se faire plaisir, peut-être ne l'avons-nous pas assez fait pour contourner le bloc marciacais ?».

Baup (demi d'ouverture du FCT) : «Nous manquons de réussite face à une grosse ASM qui affiche complet dans toutes ses lignes. Nous ne finissons pas nos actions, notre mal récurrent depuis le début de saison. Nous manquons de réalisme. Merci à tous nos supporters et à nos dirigeants qui ont été à nos côtés pour accompagner ce groupe de 25 joueurs».

Bernichan (talonneur et capitaine du FCT) : «Nous aurons tout tenté. Sur les 4 matchs, la quatrième rencontre sera la plus cruelle. Mais nous n'avons pas à rougir. Nous avons sûrement manqué de lucidité. Mais que ne referions-nous pas avec des si. Le FCT reste une grande famille, ça ce sont les couleurs de Trie. Nous ne connaîtrons pas un deuxième bonheur après le premier, ce qui n'était pas arrivé depuis treize ans à Trie. Notre jeune équipe de 24 ans de moyenne d'âge aura au moins marqué cette page de l'histoire du club. Des remords, bien sûr, mais pas des regrets. Merci à tous nos supporters, notre seizième homme qui a gagné la première mi-temps. Nous, les joueurs, nous n'avons pas su gagner les deux dernières».

Moussine Ouadji (demi de mêlée de Marciac) : «J'ai commencé sur ce stade à l'âge de 19 ans, c'est-à-dire il y a longtemps. Après de longues saisons à l'EAB XV, c'est la première fois que j'y rejouais sous d'autres couleurs. S'il y avait un match à gagner, c'était bien celui-là, surtout pour honorer la mémoire de l'un de nos dirigeants emblématiques disparu cette semaine. C'est l'œuvre de cette équipe qui avait un potentiel déterminé en début de saison, qui a su se construire pour devenir un groupe de copains».

Francis Abadie



     Publié le 23/04/2018 à 09:28


Le FC Trie s'offre le Bouclier




Les Triais se sont imposés 19-16 face à de valeureux Gersois de Marciac, hier après-midi

à Bordères-sur-Echez./ Photo Jean-Patrick Lapeyrade.


Le stade de Bordères-sur-l'échez, grâce à la journée «Portes ouvertes», a fait le plein mais sur le terrain, ce n'a pas été le cas. Match engagé, correct, propre, mais à suspense. Et là, tout le monde a été servi. Sur le coup d'envoi, Marciac, bien plus solide physiquement, impose son jeu. Sur une première occupation du terrain adverse, sur un ballon bien conservé dans l'axe, Marciac pousse le FCT à la faute (2e) et ouvre la marque. Mais là, on se rend coup pour coup, sur le renvoi faute gersoise à la réception (protection illicite) et Duffo (4e) égalise, fait coup double (13e) sur une faute d'antijeu au sol et double la marque pour les siens, 6-3. Le jeu est bien lancé, de chaque côté, on teste par où passer afin de franchir ce rideau défensif très hermétique. Marciac, avec son jeu debout, fait reculer son adversaire, et sur un troisième temps de jeu, l'arbitre sanctionne un non-respect du jeu dans l'axe, et là, le buteur gersois égalise (16e). Suite à une belle domination, c'est l'essai collectif qui vient récompenser les «jazzmen» et les met devant sur le score de 13-6 avec la transformation. Rien de plus avant la pause, toujours ce même scénario, mainmise sur le ballon de Marciac, et défense acharnée des Triais.


Un deuxième acte pour le FC Trie

Sur cette reprise, on sent que la patience et le collectif des Triais leur font prendre conscience qu'il reste du temps pour retourner la situation. Mais on se rend compte aussi qu'en face, on n'a pas la même ardeur. Donc, ce sont les avants pyrénéens qui prennent les choses en main. Sur une domination (59e), faute adverse au sol et Duffo égalise. à l'heure de jeu, même scénario, les «jaune et noir» triais bien en place, sur un quatrième temps de jeu, avec ballon au sol, relevé rejoué au ras, c'est Marciac qui se fait piéger, et le buteur triais en profite pour faire passer les siens devant (66e) sur un score de 16-13. Là, on fait de nombreux changements des deux côtés, mais on constate que ce turn-over est plus efficace pour les Triais que pour les Gersois. Le carburant se fait rare dans les jambes adverses, et les Triais en profitent pour prendre les clés du match. Sur une incursion dans le camp adverse, faute de ces derniers et Bezecourt (72e) égalise. On sent que l'on va droit sur la prolongation, mais non, la fougue et l'envie des hommes de Bernichan font que ceux-ci, sur un dernier forcing, font sauter la défense adverse qui se fait pénaliser (75e).

Duffo ne tremble pas et remet les siens devant, 19-16.

On tente, côté Marciac, de reprendre un final à sa charge, mais si l'envie est là, les jambes et la tête, elles, ne le sont plus. C'est normal suite à la débauche d'énergie des deux côtés. Et finalement, le bouclier prend la direction de Trie.


Le chiffre : 13

ans>d'attente. Cela faisait treize ans que le FC Trie n'avait pas décroché un titre de champion Armagnac-Bigorre. Après une finale perdue il y a dix ans, c'est désormais mission accomplie pour les «jaunes et noirs».


FC Trie 19 - AS Marciacaise 16

à Bordères. MT : 6-13. Arbitres : P. Deauze, assisté de M. Fontan, P. Soucasse.

Pour le FC Trie : 1 E (59), 1 T, 4 P (2, 13, 66, 75) Duffo.

Pour AS Marciac : 1 E collectif (24) ; 1 T, 3 P (1, 16, 72) Bezecourt.


FC Trie : Duffo ; Ferdandez, L. Baup, Cesca, Barthe ; (o) Lizon, (m) Y. Baup ; S. Samaran, Tapie, Lagleyses ; D. Sabathe, V. Sabathe ; Bruzaud, Bernichan (cap.), Dumestre.

Sont entrés en jeu : D. Samaran, Larrieu, Pérès, Girardhi, Labrune, Duzer, Y. Burgues.

Entraîneurs : J. et S. Salvi.

Carton blanc : V. Sabathe (16).

Carton jaune : D. Sabathe (39).


AS Marciac : Girard ; Freschi, Taral, Tilhac, Guilhas ; (o) Bezecourt, (m) Ouajdi ; Gerling, Tecouers, Lescube ; Beliel, Dernoncourt ; Reinard, Gibert (cap.), Amaral.

Sont entrés en jeu : Kaspar, Costes, Rey, Zanardo, Duffau, El Mankouch, Duprat.

Entraîneurs : B. Castet, F. Dupuy, F. Cha.

Carton blanc : Tilhac (21).

Carton jaune : Costes (39).


Ils ont dit

Adeline Barbaresco (Présidente du FC Trie) : «Il y avait beaucoup de stress, beaucoup de peur. Cela fait tellement longtemps qu'on l'attend ce bouclier. Treize ans qu'on avait pas gagné un titre, dix ans qu'on avait perdu une finale, alors aujourd'hui, ce n'est que du bonheur, il n'y a pas d'autres mots. Le pari est tenu, maintenant on va partir en championnat de France, et que la route soit longue ou courte, c'est désormais la cerise sur le gâteau.»


Sébastien Salvi (co-entraineur) : «C'était une finale serrée, indécise jusqu'au bout face à une belle équipe de Marciac qui nous a posé beaucoup de problèmes. je crois qu'on les a eus sur la fraîcheur, mais bon, il fallait le facteur chance, on l'a eu, tant mieux pour nous».


Julien Bernichan (capitaine du FC Trie) : «Je crois que le banc a fait du bien aujourd'hui. En plus notre buteur a eu la rentre cet après-midi. Cela faisait treize ans que le FC Trie l'attendait, on est très fiers d'avoir marqué la page, on l'a souvent vu partir mais ce soir (dimanche) il est à nous.»


Propos recueillis par Jean-patrick Lapeyrade

   Publié le 23/09/2017 à 03:58  


Trie : «Ne pas se trouver noyé dans la masse»




Adeline Barbaresco et Didier Lagleyze comptent bien garder une identité./ R. Théo.


Nous avons rencontré la coprésidente Adeline Barbaresco avec Didier Lagleyze.


Comment se présente le FC Trie avant les trois coups de cette dernière ?

En premier lieu, l'intersaison nous donne des satisfactions. Nous avions un groupe jeune, plein d'envie et de fougue, mais il nous manquait ce petit plus qui aurait permis au groupe de passer certains matchs d'une autre manière. Notre recrutement nous permet d'encadrer cette jeunesse d'anciens. Aussi, on s'est rendu compte, sur les premiers matchs et aux entraînements, que l'ambiance était toujours là, donc on positive à ce sujet.

L'objectif du club ?

Sans jouer les gros bras, sans être prétentieux, faire un bon parcourt dans le championnat, de là sortir notre épingle du jeu et pourquoi pas aller chercher un bouclier. Il y a bien longtemps que le FCT n'a connu cette aventure.

Et le passage en ligue ?

On le sait, à la ligue, on doit y adhérer, c'est un passage obligatoire, comme toutes les fédérations. Mais ce que l'on souhaite, c'est garder une identité, ne pas être noyé dans la masse.

Propos recueillis par R.T.



  Publié le 23/08/2017 à 03:50, Mis à jour le 23/08/2017 à 08:37



Assemblée générale du FC Trie : bilan positif



Jean-Pierre Grasset, maire, avec les deux coprésidents


Le Football-Club Trie a tenu son assemblée générale annuelle à la salle de réunion du conseil municipal. Aux côtés d'Adeline Barbaresco et Didier Lagleise, coprésidents, Jean-Pierre Grasset, maire de la ville, qui ce soir-là a dû partager son temps entre son bureau (message à la préfecture, résultats d'élections) et l'assemblée générale, et Chantal Solon, comptable du club. Dans la salle, les éducateurs et entraîneurs des différentes catégories de joueurs : Jérôme Salvi et Jean-Pierre Maitre. Bernard Verdier, conseiller départemental zone des Coteaux, s'était excusé, retenu par ailleurs.


Adeline Barbaresco a ouvert la séance en la souhaitant sympathique, propice à des échanges. Elle remercia les maires des communes qui prêtent leur salle des fêtes avec leur matériel et allouent des subventions. «C'est important de se sentir soutenu», déclara-t-elle. La présidente en vint au club, dont l'effectif seniors est de 60 licenciés saison 2016-2017 ; l'école de rugby compte 65 enfants. 27 éducateurs et 25 dirigeants bénévoles constituent l‘encadrement du club. «C'est une belle association sur et pour le canton.» Durant la saison 2016-2017, le service de restauration a servi 6.000 repas, sponsors, supporters ; toute l'alimentation est achetée dans le commerce local. Le dimanche midi, lorsque le FCTrie joue sur son terrain, des repas sont préparés pour les supporters ou autres qui veulent les prendre sur place. «Nous accueillons des gens dont beaucoup sont des amis fidèles.» Les différents rapports catégorie jeunes et seniors font apparaître un bilan positif. Le terrain des sports a été classé en groupe C, catégorie supérieure qui permettra d'avoir, lors des finales, des équipes de fédérale. Le bilan financier laisse apparaître un excédent de 11.743 €, déduction faite des recettes (149.875€) et des dépenses (138.131€). Tous les rapports sportifs catégories jeunes, Entente Trie/Pouyastruc, seniors, sont positifs. Jean-Pierre Grasset a conclu : «Vous êtes un acteur économique important, vous faites preuve aussi de cohésion».

Jean Pérès


     Publié le 09/08/2017 à 03:51, Mis à jour le 09/08/2017 à 08:55


La sardinade du rugby


   


Didier Lagleise et Dominique Dayres ont garni et servi les assiettes de sardines.La sardinade du rugby


Ainsi le veut la tradition : pour les fêtes de Trie, ce sont les cordons-bleus du club de rugby qui font une sardinade géante et qui, en même temps, vous mettent l'eau à la bouche pour la soirée repas côte à l'os, spécialité du rugby et des restaurants triais, le lundi soir. Cuites au feu de bois chaque année, elles connaissent un succès sans pareil, les assiettes garnies de sardines et accompagnées de frites. Et si, cette année, les amateurs de ce délicieux poisson sont arrivés par petits groupes, donnant l'impression qu'ils seraient moins nombreux que les années précédentes, en définitive, comptes faits, ce sont cent cinquante-cinq convives, sur les quatre rangées de tables, qui ont pris un plaisir sans cesse renouvelé à la dégustation, certains venus pour leur plaisir et pour rencontrer de vieilles connaissances.


Tout le staff du rugby était derrière les fourneaux et au service. Bravo et merci le rugby.

Jean Pérès